photos-g.blog4ever.com

oiseaux, animaux, paysages, monuments,alsace

Graffitis (diapos)

Retour photos et videos divers

Graffitis

 

Wikipédia :

En France, les graffitis issus de la tradition nord américaine (tags, graff, free style) côtoient les graffitis issus de la tradition ouest-européenne (collages, pochoirs). Les auteurs de ces graffitis sont appelés graffeurs ou graffiti-artists plutôt que graffiteurs. En québécois, il n'est pas rare de les qualifier de graffiti-artists de graffiteurs ou de writers, comme en anglais. Les mots-valise calligraffiti et calligraffitiste, attribués à Bando dans Le Livre du graffiti n'ont pas été retenus par l'usage ni par le milieu se réclamant de cette forme d'art urbain. En anglais, on évoque le plus souvent ces peintres par le terme de graffiti-artists, writers ou encore aerosol-artists. Lorsque le graffeur passe dans le domaine des créations légales, Monzon parle de peintre en aérosol.

Ces graffeurs se font connaître en apposant leur signature, communément appelée « blaze », ou celle du collectif (généralement appelé posse, crew ou squad) auquel ils appartiennent sous leurs œuvres, les murs, les métros ou encore les camions.

Graffiti est le nom générique donné aux dessins ou inscriptions calligraphiées, peintes, ou tracées de diverses manières sur un support qui n'est pas prévu pour cela. Certains considèrent le graffiti comme une forme d'art qui mérite d'être exposée dans des galeries tandis que d'autres le perçoivent comme indésirable. Dans ses formes les plus élaborées, le graffiti est également une forme d'art graphique.

Le « tag » est une signature. Il est soit apposé pour signer un graff soit utilisé seul et pour lui-même.

Le « flop » est un lettrage en forme de bulle élaboré généralement d'un seul trait. Ce procédé étant assez difficile à réaliser, certains graffeurs préfèrent les peindre lettre par lettre.

Diaporamas (vidéo HQ)

 

 A Bartenheim (68) au Palace Loisirs 26 graffeurs font un Challenge

du 14 au 18 aout 2013

 

 

 L' usine "Plasco" a Huningue (68) a été détruite en juin 2013, depuis sa fermeture elle était devenue un espace qui méritait largement le titre d' expo graphique.

Une revue quasi exhautive des graffitis présents lors de mes deux passages peu de temps avant la démolition

 

 

 

 Retour photos et videos divers



18/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres